SOLO

François PUYALTO Chant, basse électrique

Une voix, une basse : Une formule rare, mais qui a fait ses preuves, à en juger par les nombreux concerts solo de ces dernières années, dans à peu près tous les contextes. Il faut dire qu’outre la légèreté de l’instrumentarium qui permet des concerts vraiment tous-terrains,

c’est aussi un formidable espace de liberté pour l’interprète: Il joue ce qu’il veut, comme il le veut et quand il le veut. C’est aussi une manière de revenir à l’essence des chansons, et la basse a ceci de formidable qu’elle permet de suggérer des tas de choses, tout en finesse:

Un batteur fantôme, un guitariste absent ou une fanfare en vacances.

Un bon exercice d’imaginaire.

 

Côté répertoire, des chansons tirées des trois albums pour l'essentiel

(dont le dernier, "44" qui a été enregistré en solo, est pour moitié constitué de reprises telles que « La mémoire et la mer » de Léo Ferré, ou encore « Dis, quand reviendras-tu? de Barbara) ainsi que quelques chansons originales & reprises nouvelles. 

DUO

François PUYALTO Chant, basse électrique

 Tarik CHAOUACH Rhodes, mélodica

Un tandem de rêve, puisque Tarik Chaouach est un des coloristes du Rhodes le plus accompli, le Cézanne du clavier vintage, le Matisse du 54 touches amplifié ! C’est, en outre un compagnon de route des plus fidèles, avec plus de 20 ans de scènes et de séances d’enregistrement partagées (Néry, Taranta-babu!, La Peau, ainsi qu'une flopée de 

Ciné-concerts et d'expérimentations diverses)

 

Autant dire qu’on se comprend parfaitement, ce qui est très précieux. 

Jouer en duo avec Tarik c’est un peu comme passer du cinéma

noir & blanc au Technicolor, mais en mieux.

TRIO

François PUYALTO Chant, basse électrique

Tarik CHAOUACH Rhodes, mélodica

Rafaël KOERNER Batterie

En ajoutant un 3ème pied à l’édifice, on gagne en stabilité certainement, et aussi en puissance, en interaction, en souplesse... et avec un batteur tel que Rafäel Koerner (encore un vieux complice de 15 ans bien comptés) on est souvent frappés d’incandescence, voire de transe joyeuse, comme on peut l’entendre sur l’album « Le nom des animaux »

 

Ce trio électrique, bien que capable de beaucoup de finesse et de retenue, est plutôt dédié aux grands espaces, en tous cas aux scènes de dimensions respectables, celles qui sauront restituer les vivantes dynamiques sonores sans que ça nuise à la compréhension des paroles...   

DIFFUSION : Nathalie ARDILLIEZ

+336 82 05 58 38 / nat.ardilliez@gmail.com

SUIVEZ

FRANÇOIS

PUYALTO !